Rechercher
  • Mélissa

L'éducation à la vie affective, relationnelle et sexuelle

Parce qu'on entend beaucoup de choses sur ces interventions scolaires souvent rebaptisées éducation sexuelle, j'ai voulu revenir sur les fonctions de ces interventions.




Qu’est-ce-que l’éducation affective, relationnelle et sexuelle ?


  • Origine

L' EAV est une est une démarche d’éducation à la citoyenneté et de promotion de la santé telle que définie par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Elle est née dans les écoles au lendemain de la Révolution Sexuelle en réponse aux changements sociaux : la société en évolution avait de nouveaux besoins en terme d'information sur la contraception et la prévention des MST, notamment le Sida.


  • Cadre légal

En France, c'est la loi du 4 juillet 2001 relative è l 'interruption de grossesse et è la contraception qui en régit le cadre : seront organisées chaque année trois séances d'éducation à la vie affective, relationnelle et sexuelle à l’école pour les élèves du primaire à la terminale. Ces interventions seront animées de préférence par des professionnels formés par l'un des établissements publics ou associatifs agréés par leMinistère de la Santé. La circulaire de 2003 vient appuyer la légitimité de l'école dans l'organisation de ces séances tout en rappelant qu'elles sont « en complément du rôle de premier plan assuré par les parents ».


  • Missions

L’AEV a pour objectif de donner aux jeunes les informations nécessaires pour favoriser leur bien être dans les relations affectives et sexuelles en leur offrant un espace neutre et bienveillant pour échanger. Elle joue un rôle dans la construction des adultes de demain, la prévention des violences et la lutte contre les discriminations (respect et tolérance des orientations sexuelles et des identités de genre). Une approche physiologique du corps humain est nécessaire, cependant, l’EAV insiste tout autant sur des valeurs humanistes.


- Prévention

L’EAV inclut la prévention des risques liés aux MST, la prévention des grossesses non désirées et IVG, mais aussi la prévention des violences dans le couple. Y sont présentés les différents contraceptifs, ainsi que les professionnels du milieu.


- Information

J’ai eu la chance d'assister à des interventions en collège et en primaire et l'information, d'ordre scientifique, s'adapte au public. En CM2, l’intervenant avait axé ses séances sur le partage d'informations : l’anatomie, la puberté, « comment on fait les bébés? », l'égalité homme- femme, et une séance consacrée aux questions anonymes des enfants. Au collège, l’objectif était différent : les adolescents ne manquant pas d’information il s'agissait plutôt de les remettre dans leur contexte, de les corriger, et de les rassurer sur leur normalité.



- Réflexion

« Quelles sont les clés d’une histoire d’amour ? » « Qu'est-ce-qu'un rapport sain ? » Ces questions permettent d’aborder les enjeux de toute relation : l'intimité, la co-responsabilité dans l'acte, dans le choix de la contraception... Ces réflexions permettent de faire évoluer les représentations et penser les stéréotypes.


Quels sont les enjeux de l'EAV ?


Plus que jamais le récent #metoo a ouvert les portes de l’expression concernant l’égalité des sexes, le consentement, le harcèlement sexuel.

Les thèmes abordés pendant l'EAV représentent des enjeux forts de notre société :


  • Pornographie

Etonnée des mots crus employés par les collégiens, j’ai réalisé qu’avec l'évolution numérique, ils étaientconfrontés à la pornographie très jeunes. Cela a favorisé l’apparition de nouvelles normes pour les jeunes comme l'obligation à la jouissance et véhiculé une image d' hommes et -surtout- de femmes objets non favorable aux relations saines. Cela crée des adolescents complexés : selon un sondage IFOP, 1/3 des moins de 25 ans complexent sur la taille de leur pénis et 45 % des filles optent pour l'épilation intégrale pour se sentir désirables. Pour l'éducateur, il s'agira de développer les capacités d'analyse critique des images véhiculées par les médias.


  • Harcèlement

Un thème tristement en vogue, à l'heure des réseaux sociaux qui ne laissent aucun répit aux victimes. L’objectif est de responsabiliser les jeunes en les faisant réfléchir à leurs propres comportements et leur faire prendre conscience du pouvoir destructif des mots comme des actes.

En effet, beaucoup ne réalisent pas les conséquences de leurs actions : “c’est bon madame, c’est pour rigoler!” ai-je entendu… Pour rester objectif, le rappel à la loi est adapté, avec la définition du harcèlement, du viol. Ils n'ont souvent pas conscience que leurs petits jeux en constituent.


  • Consentement


Une notion nécessaire d’aborder dès le plus jeune âge afin d'en assimiler les règles. Mêmes aux petits, il est possible d’expliquer qu’on n'embrasse pas de force même si on aime fort.

Parler des différents types de consentement peut ouvrir une discussion sur la mode, l’envie de faire comme tout le monde et le pouvoir de dire non sans peur d’être considéré comme « nul ».


  • Egalité des sexes

Un des thèmesmajeurspournotresociétéde demain. Les normes transmises par la société et les médias, sont déjà bien intégrées par les enfants : « les filles ont les cheveux longs », « les garçons courent vite »... Des approches ludiques telles que « il paraît que les filles / garçons… » amènent à des questionnements passionnants.



Pour conclure, regardons les chiffres.


Les interventions relatives à la vie affective et sexuelle ont un vrai sens à l’école de la république, et pourtant, les moyens mis en place ne sont pas malheureusement pas à la hauteur des enjeux. Les raisons avancées sont des questions de budget et de logistique, mais aussi le rejet des associations religieuses ou de certains groupes de parents qui ont peur que leur enfant soit sexualisé trop tôt. Pourtant, je suis persuadée que s'il y avait plus de transparence quant à ces cessions qu'ils renomment souvent éducation sexuelle, la plupart changeraient d'avis : l'EAV contribue à la citoyenneté de chacun et au développement de valeurs humanistes telles que la tolérance, le respect et le non-jugement.


78 vues